L’expo pop art « Ephemera»

Warhola devient Warhol en bref…

 
qui est il? quel est son style?…
Né le 6 aout 1928 à Pittsburg, Andy Warhola, figure du mouvement artistique « Pop Art » a démarré sa carrière en tant que illustrateur commercial pour devenir par la suite une célébrité mondiale grâce à ses œuvres en tant que peintre, producteur de musique, réalisateur de film et auteur.

 

Ce publiciste mondain, doté d’un oeil artistique très avant-gardiste, a laissé une trace dans l’histoire de l’art contemporain en apportant de nouveaux travaux. Après un début de carrière professionnelle dans la presse féminine pour Glamour, Vogue, ou encore The New Yorker comme dessinateur; c’est véritablement dans les années 60 qu’il va débuter ses toiles et peintures iconiques .C’est en travaillant à la « Factory » plus précisément qu’il s’est fait connaître. La particularité de cet artiste était que Warhol considérait que la publicité commerciale et l’art n’étaient pas opposés .Il parlait « d’art commercial », il définit son style en se démarquant des autres artistes; avec un procédé  mettant en scène des produits de grandes consommation en sérigraphie. Son oeuvre la plus représentative connue et reconnue est la mise en scène des fameuses boîtes de conserve de soupe.
Il revisita la photographie avec les portraits de stars de son époque, dont le fameux visage aux multiples couleurs de Marylin Monroe ou encore de Liz Taylor.

Très controversé dans le monde artistique et étant aussi l’objet de critique de part son premier métier en tant que illustrateur publicitaire, il s’avère parfois difficile de se faire reconnaître entant que véritable artiste.

Qu’ est ce que Ephemera ?…

Une exposition lyonnaise qui s’achève d’ici quelques jours … 
quel est le lien entre Warhol et cette expo…
Le nom de l’exposition fait référence aux imprimés éphémères que l’on retrouve de plus en plus dans les bibliothèques ou musées.
Un ticket de cinéma, un prospectus, des affiches, des flyers, des étiquettes de vins.
Les « éphéméras » concernent tous les supports imprimés destinés à ne pas être conservés  accompagnant des produits usuels, des consommables , jetables, mais que nous stockons comme souvenir.Leur collecte aujourd’hui permet de relater et de comprendre certaines pratiques sociales et périodes de l’histoire.
Cette exposition est composée de 10 zones, chacune d’entre elle présente une époque en phase avec l’évolution de l’artiste, un thème et une technique de travail.
  
La provenance de ses oeuvres  exposées…

Une collection rare prêtée

Paul Maréchal, originaire du Québec, conférencier, auteur et collectionneur des documents de l’artiste ; a passé une vingtaine d’années de sa vie à collecter son travail.Cette passion pour l’artiste est survenue lorsqu’il a découvert une pochette d’un vinyle en 1996 de Paul Anka illustré par Warhol, sa collection grandira dans le temps ; pour s’enrichir chaque jour, afin d’ atteindre environ 700 documents.Ces œuvres sont exposées pour la toute première fois en Europe. Une grande partie provient de sa collection. La sélection destinée à l’exposition Ephemera, a été effectuée par  Paul Maréchal lui-même et relate l’ensemble des supports graphiques, créatifs et exclusifs destinés à des commandes pour l’artiste.

(Exposition ephemera , du 23 mars au 16 septembre  au Musée de l’imprimerie et de la communication graphique)
Lire la suite

Culture Mode

L’expo Londonienne

« T-Shirt Cult Culture Subversion »

Depuis le 9 Février jusqu’au 6 Mai se tient l’exposition « T-Shirt Cult Culture Subversion » au Fashion and Textile Museum de Londres.

Une rétrospective entière dédiée au T-Shirt, son influence dans la société ainsi que dans l’industrie de la mode.
On peut y découvrir une collection vintage de Vivian Westwood ainsi que d’autres pièces de couturiers tels que Dior ou Saint Laurent.

Le T-S, comme nous le voyons de nos jours est un véritable produit mode abordable que nous possédons tous dans notre penderie.
Un vêtement devenu banal et commun dans notre société actuelle.
En regardant de plus près son histoire, il a traversé au fil du temps différents us et coutumes.

Un peu d’histoire…
On estime l’apparition de la première pièce en forme T, qui pourrait s’apparenter à la coupe de nos tuniques,500 ans après Jésus Christ. La sérigraphie quant à elle, est très ancienne.
Cette méthode aurait vu le jour sous la dynastie Song en Chine durant 960-1279.

La technique sera brevetée officiellement en 1907 par Samuel Simon, à l’origine, son utilisation était destinée aux impressions sur des supports, tels que le papier peint ou d’autres matières comme le lin ou la soie.

Le port du tee shirt et son usage au fur et à mesure des décennies a évolué, pour se transformer d’un simple sous vêtement à un vêtement visible porté au quotidien au travail, en sortie.

Il a fait l’objet de tenue en tant qu’uniforme dans l’armée américaine pour ensuite se démocratiser, grâce à l’influence du sport.

Les universités américaines utilisaient des «Tee Shirt» à leur effigie destinés aux athlètes (1933), un premier pas de l’usage basique de se vêtir vers une personnalisation.Une nouvelle dimension s’ouvre, mais c’est véritablement à la fin des années 30 et début 40 que son port connaitra une évolution.

On pourra retenir quelques dates clefs dans son cheminement, notamment en 1939 lors de la sortie du film «Le Magicien d’Oz».
Le T-shirt passe d’un simple vêtement à un véritable objet publicitaire.

Puis, il sera utilisé comme support de slogan politique durant la compagne présidentielle en 1948 à New York du Gouverneur Thomas E Dewey’s « Dew It With DEWEY ».

En 1955 Disneyland ouvre ses portes, un nouveau concept de parc d’attraction est né, une expérience unique, Disney crée le tee shirt souvenir autour de cet univers féérique.
Puis ont suivi les inscriptions, les slogans se sont développés de plus en plus, il est ensuite utilisé comme support pour véhiculer une cause, comme la campagne anti -tabac au Royaume Uni en 1969 ou encore en tant qu’objet promotionnel. Notamment avec les groupes de musique mais aussi les cafés et restaurants comme le fameux Hard Rock café qui a lancé ses T Shirt avec les noms des différentes métropoles où ils sont implantés.

Le T shirt, sous toutes ses formes promotionnelles, engagées, emblématiques, ou objet de mode continuera à marquer les esprits, des tendances ainsi que la mode.

Lire la suite

BOND JAMES BOND

 

Bond 007

L’expo: “Bond In Motion”, London Film Museum de Covent Garden

On ne peut pas parler de Londres sans imaginer Tower Bridge, Big Ben, Buckingham palace
le MI6 et son personnage de fiction emblématique « James Bond ».
Le protagoniste de Ian Flemming, né en 1953 du roman nommé « Casino Royal »,
qui a connu par la suite une véritable «success story» avec son espion, dévoile au London Film Museum une partie des coulisses.

Le plus célèbre agent britannique au service de la reine, prêt à tout pour réussir ses missions, lève le voile sur sa collection officielle de véhicules (terrestre, aérien et nautique).
Chaque modèle exposé est l’original qui a été utilisé durant les tournages de ses films.
Objets uniques, issus des archives de la maison de production de Ian Flemming.
Une collection de voitures dont la fameuse Rolls-Royce Phantom III « Goldfinger » en 1965, Le sous-marin Lotus Esprit S1 « L’espion qui m’aimait » en 1977, l’Aston Martin DB5 de « Goldeneye » en 1995 mais aussi la célèbre Aston Martin du volet « Skyfall ».

Chaque véhicule est accompagné d’une vidéo diffusant la scène dans laquelle il a été utilisé, afin de se replonger dans l’univers de l’agent 007.

Des Maquettes ainsi que des accessoires tels que des costumes comme celui de Roger Moore en 1983 dans «Octopussy» sont exposés.

James Bond est aussi connu pour sa panoplie de gadgets, quelques artefacts sont dévoilés dont les passeports ou boutons de manchettes.

Victime de son succès, l’exposition qui devait se tenir durant une année est reconduite depuis 2014. A découvrir …

Lire la suite