Les Autocollants (Bumper Sticker)

« Popular Culture »

Une tendance, son histoire… 

Issue de la culture populaire américaine et très connu pour avoir été l’objet d’outil marketing durant les campagnes présidentielles aux Etats Unis. Pour comprendre la fameuse tendance de ces autocollants appelés « Bumper Stickers » (autocollants de parechoc) ,il faut dans un premier temps se plonger dans un univers différent du nôtre.

Il est coutume d’afficher ses idées politiques, ses intérêts ou bien encore une cause en outre atlantique.

Un phénomène typiquement américain, une différence culturelle quand on connait la discrétion de chacun à ne pas vouloir exhiber ses positions et opinions dans l’hexagone.

 Un peu d’histoire…

Le Bumper Sticker s’est révélé véritablement avec l’arrivée de la Ford Model A (modèle automobile produit et distribué de 1927-31). En effet, avant cette date les véhicules n’avaient pas de parechoc, difficile donc de placer un autocollant à l’arrière d’une voiture.

 

Son ancêtre était une sorte de pancarte en carton, ou en tissu sous forme de drapeau le tout rattaché par des fils sur les véhicules. Son but était dans un premier temps à titre promotionnel ; à cette époque la route était un moyen de communication afin d’attirer les automobilistes vers une entreprise pour ses produits ou services.

 

Le pionnier du sticker et reconnu comme tel se prénomme Forest P.Gill. Sérigraphe de profession et originaire du Kansas city, il a su moderniser les autocollants dans les années 40 avec l’usage des adhésifs.

Plusieurs matériaux ont été utilisés avant d’arriver aux stickers en vinyle.

 

Le Bumper sticker…Politique mais pas que… il peut être un souvenir, un message humoristique, la défense d’ une cause, une publicité …. 

Les premières utilisations de ces autocollants étaient destinées à promouvoir les attractions touristiques aux Etats-Unis, notamment dans les années 40 et 50 ,un des stickers très populaire représentatif du site naturel situé en Georgie celui de « See Rock City ».

Le personnel déambulait sur le parking des visiteurs en déposant des autocollants sur les véhicules.

Dans l’histoire des bumper stickers le fameux  « I like Ike » a fait l’objet d’un véritable appui publicitaire durant la campagne présidentielle de 1952 entre Dwight D. Eisenhower et Adlai Stevenson. Les partisans affichaient leur candidat favori en collant leur sticker sur leur propre voiture .

Par la suite les autocollants ne feront non seulement plus l’objet d’outil marketing mais vont prendre une toute autre dimension; la défense d’une cause personnelle, parfois même engagée avec le slogan « Make Love Not War » dans le cadre de la lutte anti-guerre au Vietnam dans les années 60.

 

Le bumper sticker une sorte de tradition, un patrimoine? 

Afin de conserver une trace de ces objets dans l’histoire nationale américaine , une bibliothécaire de l’Université du Kansas Whitney Baker , a commencé un vrai travail de collecte pour préserver ces documents de puis 2010.Un véritable encyclopédie classifiée avec toutes sortes d’autocollants depuis leur création.

 

Du sticker matériel au virtuel…

Aujourd’hui, avec le phénomène de partage d’informations sur les réseaux sociaux, ces derniers ont vu leur support d’utilisation évoluer .

En effet, lors de la dernière campagne présidentielle par exemple, avec l’autocollant « I voted » les internautes ont multiplié  les selfies sur Facebook, compte Instagram ou encore twitter en se mettant en scène avec leur autocollant.

 

You may also like